Auteurs BD

LES AUTEURS BD 2018

__________________________________________________

L’AFFICHE DE CETTE ANNEE

Eric Hübsch (invité d’honneur)
Né à Toulon (son père était alors dans la marine), Éric Hübsch aurait pu se contenter de faire des petits dessins dans les marges de ses cahiers. Au lieu de cela, il a obtenu son bac C avec mention. Néanmoins, il entre aux Beaux-Arts d’Angoulême et, en 1992, il reçoit le diplôme de la section Bandes Dessinées. Malgré le Festival et le Musée de la BD, Éric quitte Angoulême pour l’Hérault et Pézenas puis l’ombre du clocher ajouré de Montagnac. Il dessine alors des logos, illustre des affiches, travaille pour des mairies, des associations, des commerçants (en particulier à Pézenas), activité qu’il poursuit toujours aujourd’hui. Après un passage sous les drapeaux où, malgré ses espoirs, il n’apprend pas à tirer plus vite que son ombre comme l’un de ses héros, il réalise en 1994 des murs peints pour la piscine de Pézenas et pour le mur d’escalade du gymnase. L’année suivante, il entreprend le projet de l’album qui a vu le jour en juillet 1998 : Le Réveil de Merlin, premier tome de la série Le Chant d’Excalibur, sur un scénario de Scotch Arleston. Avant Le Chant d’Excalibur, Éric Hübsch a participé à des ouvrages collectifs (La Bête du Gévaudan et Les Cahiers de l’Exotisme en 1991, Au fil du Nil en 1992 et Les Filles de Soleil en 1998). Dessinateur, Éric Hübsch est aussi excellent nageur et il enseigne la natation aux enfants de Pézenas au sein du Cercle aquatique piscénois.

 

A. DAN
Daniel ALEXANDRE, dit A.Dan, débute comme formateur en informatique et en maths, avant de faire du dessin son métier. Il travaille en tant qu’illustrateur dans le domaine de la nature et du tourisme, puis rejoint Grand Angle pour dessiner Tahya El-Djazaïr et Pour un peu de bonheur. Il se lance dans l’aventure Marcel Pagnol avec le titre Merlusse et Jazz. Nouvel ouvrage publié d’ici le festival :« Le Oki d’Odzala », one-shot Edition Bamboo, coll. Grand-Angle (sortie le 9 mai 2018).

 

Jean-Paul Bordier
Jean-Paul Bordier est né le 28 novembre 1984 en Basse-Normandie. Il a grandi au milieu d’une bande de cinq grands frères et sœurs qui se sont très vite dépatouillés gentiment du petit frère à l’aide de feuilles, de feutres et de crayons. Depuis ces ustensiles ne l’ont pas quitté !! Il a grandi au milieu des piles d’Astérix, de Picsou magazine et de Tintin. Le garçon vieillissant, il découvre d’autres univers, des auteurs comme Tolkien, Herbert, Miyazaki, Toriyama, Giraud, Loisel, Howe et bien d’autres… Après cinq années d’études en ébénisterie, il se lance enfin dans une formation de trois ans en école d’art à Nantes. Deux semaines après l’examen, Jean-Luc Istin le repère en passant sur son blog et lui propose une collaboration avec Thierry Gloris sur une nouvelle série : « Souvenirs d’un elficologue. » C’est le début d’un travail acharné ! Désormais il réside en Bretagne non loin de Rennes, dans sa tanière de hobbit, et garde bien des coups de crayon en réserve pour la suite…

 

Michel Burdin
C’est en 2014 que démarre sa carrière de bédéiste. Il participe à un tremplin qui lui  permet d’exposer quelques planches d’un nouveau projet qui trouve son écho auprès d’un public très  varié. Surtout, c’est l’encouragement des auteurs professionnels qui le pousse à publier. Il réalise  alors en 2015 son premier album de ce qui deviendra la série “Les Gastéropotes”, en tant que  scénariste et dessinateur. Depuis, les albums se succèdent au rythme d’un par an.

 

 

Bénédicte CARBONEILL 
Attirée depuis toujours par le monde des enfants, Bénédicte Carboneill, alias Carbone, choisit de devenir professeur des écoles. « Maîtresse » depuis 1995 et directrice de maternelle, l’écriture arrive par hasard dans sa vie et finit par s’imposer. De parutions pédagogiques (pour les éditions Jocatop, Bordas, « La Classe Maternelle ») en projets pour ses élèves, l’idée de travailler en classe, à partir de ses albums, germe et aboutit à la création des éditions du Pas de l’échelle (aujourd’hui Label de BPE-PEMF), alliance d’albums et de fichiers pédagogiques. Éditrice, directrice de collection mais avant tout auteure, Bénédicte écrit pour les tout-petits mais aussi les adolescents chez divers éditeurs (Fleurus, Oskar, Auzou, Larousse, Mijade…). Fin 2015, Bénédicte Carboneill prend le pseudo de Carbone et s’essaye à la bande dessinée avec un premier projet « Le Pass’Temps » aux éditions Jungle (septembre 2016). Puis les éditions Dupuis accueillent « La boîte à Musique » (avec Gijé), première de plusieurs séries à venir (« Les Zindics Anonymes », « La Brigade des Souvenirs », « Dans les yeux de Lya »). En mi-temps annualisé de l’Éducation Nationale, Carbone articule sa vie entre pédagogie et scénario de BD, univers dans lequel elle s’épanouit désormais. Aux éditions Jungle -Le Pass’Temps tome 1 : les joyaux de la couronne (sept 2016) illustré par Ariane Delrieu Existe aussi en version roman Le Pass’Temps tome 1 : le bijou volé (sept 2016) Aux éditions Dupuis -La boîte à musique Tome 1 : Bienvenue à Pandorient Tome 2 : Le secret de Cyprien illustré par Gijé (janvier et novembre 2018) -Les Zindics Anonymes  tome 1 et 2 (2019) avec Christ James -Dans les yeux de Lya avec Justine Cuhna (tomes 1 et 2 en 2019) -La Brigade des souvenirs avec CeeCee Mia et Marko (tome 1 et 2 en 2019).

 

Johann Corgie
Après un passage à l’école Pivaut, Johann a commencé dans le monde de la BD comme coloriste, pendant 8 ans. Une vingtaine d’albums plus tard, il se lance enfin comme dessinateur/illustrateur. Il enchaîne ainsi des travaux d’illustrations pour du jeu vidéo et une histoire courte chez Akileos. En 2018, sa première bd – Les Lumières de l’aérotrain – est publiée chez Grand Angle, avec Aurelien Ducoudray au scénario.

 

 

DOMAS (Dominique Malinas)
J’ai voulu devenir dessinateur assez tard, je devais avoir 21-22 ans; en maitrise de maths, je me suis rendu compte que soit je m’orientais pour être prof (aucune envie), soit pour être chercheur (pas les capacités); courage ou lâcheté, je sais pas, j’ai tout plaqué pour faire du dessin. J’ai alors eu la chance d’être embauché dans une asso qui faisait de la formation à la Langue des Signes, et c’est là que tout a réellement commencé, professionnellement parlant tout du moins. Auparavant, bien sûr, j’avais fait le journal du lycée (et failli être renvoyé à cause de çà), le journal de mon école d’ingénieur (et renvoyé presque à cause de çà), le journal de la fac, et des tas de fanzines, des classes, des rascleux, des punks, des bourges… Le fanzinat est un passage sinon obligé, en tout cas très enrichissant pour tout dessinateur; on y apprend l’orgueil et l’humilité à la fois, et surtout on rencontre du monde, qui connait du monde, qui connait des gens, qui qui qui. Et pis on boit des bières, on fume des oinj, on refait le monde… Aujourd’hui, je fais donc de la BD, mais aussi du dessin de presse; j’aime bien ça, ça permet de garder les pieds sur terre, la BD a un peu tendance à nous éloigner du monde, le dessin de presse nous fout le nez dedans; dans mon cas, ça m’équilibre. Voilà, cette bio finit un peu en queue de poisson, mais bon, chuis encore jeune.

 

Sandrine Mariko
Elle fut quelques temps chroniqueuse BD pour le site MacPlus en 2010, puis illustratrice pour le magazine suisse Babybook  Enfant de 2012 à 2014 tout en retravaillant de nombreux projets, dont Réflexions Affligeantes, un premier  recueil des meilleurs gags redessinés de son blog (publié fin 2013 chez YIL Editions) et Red Eye, avec sa soeur Mymie-chan  au dessin (publié en Avril 2014 toujours chez Yil Editions). Elle commence ensuite à travailler avec Linda Conchaudron au  scénario sur des albums et bd jeunesse comme Ainsi Viennent les orages (YIL Editions, 2016) et Les Bêtises de Laly (Nats  Editions, 2016). Un deuxième tome de gags tirés de son blog paraît également en 2017 sous le titre Réflexions (très)  Affligeantes, et d’autre projets jeunesse sont à venir

 

Marko
Marc Armspach, dit Marko, entre aux Studios Ellipse à Paris, en 1989, afin de collaborer à la série BabarEn 2001, avec l’Agence Barbare, il illustre, par ses dessins, une série de quatre tomes scénarisée par Olier, collaborateur qu’il ne quittera plus pour signer en 2011 la série Les Godillots, toujours chez le même éditeur Bamboo. Cette nouvelle série trouve de suite son public et devient une référence dans la BD jeunesse historique de la grande guerre. Le tome 4 de la série obtient le » label centenaire. En 2011, il rencontre le couple de scénaristes BEKA avec lesquels il commence le travail sur la série GEOBD aux Éditions Dargaud, en collaboration avec le magazine GEO. Deux albums dans la collection « Voyage » chez Bamboo leur permettrons d’envoyer Ben et Nina en Chine puis en Inde., En 2016 il sort le tome 1 de la « Feel Good BD »  » Le jour où le bus est reparti sans elle ». Depuis l’été 2014, Marko alimente quotidiennement la série humoristique Vivre avec un dessinateur sur Facebook. La série connait un succès croissant avec une mise en scène humoristique de métiers aussi divers que variés. En 2016, le tome 1 de Vivre avec… est publié aux Éditions Bamboo. En 2016, en compagnie de Jean-Yves Le Naour au scénario et Inaki Holgado au dessin, il réalise la mise en scène des albums de la collection VERDUN aux Éditions Bamboo Grand Angle.

 

 Frédéric Médrano
Dessinateur et auteur BD, a publié depuis 1989, des illustrations et des planches BD dans plusieurs magazines : « Le pavé dans la marre », « Signé cactus », « Banzaï », « Black out », « Roll Mops » etc… À partir des années 2000 il a fait paraître plusieurs albums BD et livres jeunesse où il expérimente différentes formes narratives et graphiques : les albums BD sur la vie de musiciens (« Modern Jazz Quartet »…), les albums jeunesse et documentaires sur le monde de la nature avec l’apiculteur-auteur Gérard Freyssenge (« Nos formidables abeilles »…), les albums BD de science-fiction (« Morphologic 1,2,3,4,5″…).

 

Juliette De MONTVALLON
Son dernier ouvrage « Entre deux mondes »

 

 

 

 

Jean-Luc Garréra 
C’est le crayon à la main que cet amoureux du « Gros-nez » franco-belge commencera à harceler les éditeurs. Mais la fibre du scénario prendra le dessus. Depuis toujours, notre homme rêve secrètement de ne plus faire que ça. Dessinateur pour le magazine musical « Guitar Part », il anime, en plus des illustrations de rubriques et autres dossiers, la BD rock du mag. La collaboration avec Alain Julié était inévitable. Les deux lascars se connaissent depuis la petite école. En 2007, Jean-Luc reprend en co-scénarisation la série « Les Musicos » chez Bamboo dessinée par Michel Janvier à partir du tome 3 ainsi que la série « Zapping Generation » de Serge Ernst pour le journal Spirou (éditions Dupuis). Il réalise aussi une nouvelle série intitulée « La Revanche des Blondes » avec Scriff Potiron au dessin et comme marraine la très belle Eve Angéli (Sortie le 18/10/2007 aux éditions Hugo BD) ! Depuis 2008, il dessine « Droit au But », BD officielle de l’OM et scénarise « Fitness ».

 

 

 Alain Jullié
Après une brève participation au journal Spirou, pour la réalisation d’illustrations de rubriques, sommaires et autres reportages, Alain Julié devient assistant, à partir de 1995 de Serge Carrère. Il collabore donc à la série Léo Loden (Soleil Productions) sur plusieurs albums pour la confection de décors principalement. Dans la foulée, il livre avec Jean-Paul Tiberi au scénario, un mini-guide dans la collection de chez Vent d’Ouest sur le thème des chiens. Le pied étant mis à l’étrier, il fait la connaissance de Dominique Latil par le biais de Scotch Arleston. De cette rencontre naîtra 3 albums de la série jeunesse aventure intitulée « Les Manuscrits de sang » chez Soleil Productions. Alain œuvre maintenant aux dessins de la série «Les Vélo Maniacs» chez Bamboo.

 

Olier 
Ancien professeur d’histoire et de géographie, Olier a décidé de raconter des histoires. Depuis plus de 20 ans, il explore les récits dessinés, tantôt scénariste, tantôt dessinateur, le plus souvent les deux ! Des tranchées de la Grande Guerre à l’Héroïc Fantasy loufoque, de la langue picarde à la préhistoire, son terrain de jeu est infini ! – « L’Agence Barbare » (4 tomes – Editions Bamboo) Le prochain album sera le tome 5 des Godillots en novembre 2018. – « Les Godillots » (4 tomes parus – T.5 en novembre – Editions Bamboo) – Auteur régulier pour les magazines jeunesse « Arkéo », « Histoire Junior » (Editions Faton) et « National Geographic Kids » (Editions Fleurus)

 

Claude Pelet
Entré à  l’école des Beaux-Arts de Nîmes en 1982, et en sort deux ans plus tard. En 1990, il rencontre Serge Letendre qui lui révèle quelques secrets de découpage et narration scénaristiques. Durant cette période, il réalise “ Vieux motard que jamais“, un ouvrage illustré retraçant l’histoire de la moto, pour les Editions Arnaud. De 2004 à 2006, il réalise pour les Editions Aldacom deux albums régionaux :  “ Le Gard dans l’Histoire “ et “ L’Aude dans l’Histoire ». En 2006, Jean-Blaise Djian, scénariste BD (Le grand mort), le contacte et tous deux signent “ Le destin des Algo-Bérang “ (Ed. Glénat) dans le même temps,  Laurent Vicomte, auteur de “ La balade au bout du monde – T1 à 4 “ (Ed. Glénat) et de “Sasmira“ (Ed. Glénat) demande à Claude de réaliser le tome 2 de cette dernière série devenue désormais culte “ Sasmira – La fausse note “. En 2009, Il rencontre Pierre Makyo, scénariste BD, avec lequel il signe le dernier opus de “La balade au bout du monde – Épilogue“ (Ed. Glénat – 2011).  En 2010, Claude Pelet intègre, en qualité de formateur et storyboardeur, l’équipe du studio 3D Dwarfs-labs. Il en devient, en 2012, le Directeur artistique. Le studio réalise, pour Noël 2012, le film « A Winter Tales » pour le compte du joaillier Cartier.  Après un bref passage au sein du Studio de Olivier Vatine « Comix buro», Claude se lance en solo dans la production de sa propre série “Les pierres sacrées d’Ellijahrhemkathum“.

 

Pauline Roland
Pauline Roland et née à Agen. Elle réside à Port Nouvelle. Après un bac L option Arts et une année passée en école préparatoire sur Toulouse, Pauline Roland entre à l’École Européenne Supérieure de l’Image de Poitiers en 2007. En 2010, elle obtient le Diplôme National d’Arts Plastiques avec son premier court-métrage animé Qui n’a pas vu les seins de ma mère ? et replonge juste après dans une nouvelle réalisation pour son Diplôme National Supérieur d’Expression Plastique. Chéri(e), rends-moi mes collants, second court-métrage animé, a reçu en 2013 le grand prix du jury au Festival National du Court Métrage Étudiant à Paris. En dehors de ses films, elle illustrera en 2013 l’histoire de Nathalie Straseele, L’Arbre Magique (La Plume de l’Argilète). En 2015, elle signe plusieurs collaborations (Le Journal intime de Dieu, Mon Voisin est un gros Naze, Jungle) et inaugure en 2016 chez Jungle une collection jeunesse avec Le Chat qui n’aimait pas les poils et La Maîtresse qui n’aimait pas les élèves. En 2016 chez Delcourt paraît le tome 1 de Lila sur un scénario de Séverine de la Croix. L’année 2017 voit paraître en avril « La Brice de Nice dessinée » avec Sabine Duhamel à l’écriture (Jungle!) et en septembre le second tome de Lila chez Delcourt.

 

Jean-Paul Tibéri (scénariste)
Professeur de lettres passionné par la bande dessinée, Jean-Paul Tibéri fonde en 1972 le fanzine Haga qui publie des dossiers sur des dessinateurs français, des années 1940-50 dans un premier temps, puis modernes. 48 numéros de Haga paraissent jusqu’en 1986, ainsi que 7 numéros de Haga sup avant qu’il ne soit retitré Bédésup en 1978. Par la suite, Tibéri écrit ou contribue à de nombreux ouvrages d’étude sur le 9° art. Il est notamment spécialiste de l’œuvre de René Pellos, pour lequel il a écrit des scénarios des Pieds Nickelés sous le pseudonyme de Janoti, et auquel il a consacré les livres Pellos, dessinateur sportif (1985), Pellos : Main d’or et Pieds nickelés (1992) et d’autres. Lors de la réédition de l’intégrale des Pieds Nickelés de Pellos par Vents d’Ouest à partir de 1989, Jean-Paul Tibéri signe les textes de présentation des albums. Il est le fondateur des éditions Regards qui coéditent avec Le Taupinambour des monographies sur des auteurs de bande dessinée.

 

 

Bernard Velasco
Fils d’immigré espagnol, je suis né le 11/01/1958 à Marmande, capitale de la tomate. C’est sûrement pour ça que j’aime bien manger. La BD, c’est mon truc. Je suis tombé dedans tout petit. À l’époque, il n’y avait pas de télévision à la maison, mais je lisais Tintin, Spirou, Pif, Pilote sans oublier les Comics. À tant aimer la BD, il n’y avait qu’un pas à franchir pour dessiner mes propres histoires. Autodidacte complet, mes débuts étaient lamentables. Je pompais du Marcello (Docteur Justice), du Neil Adam (Batman), du Cheret (Rahan) et j’ai très vite réalisé que jamais je ne leur arriverai à la cheville. J’ai alors décidé de basculer vers le comique avec ses idées folles et ses dessins démesurés. Certains me trouvent du talent, ce qui me fait doucement marrer. Pour moi, le talent sans le travail, c’est une mauvaise manie.

 

Jean Christophe Vergne
Né à Figeac en 1965, cet autodidacte décide un jour d’étudier les techniques du dessin, grâce à l’aide de professionnels qu’il rencontre. Après des études d’histoire de l’art, il s’installe en 1988 en tant que « peintre décorateur « , crée une école de dessin et peinture tout en travaillant chez un maître verrier. Il obtient en 2000 une licence d’Arts Plastiques, se consacre à la Bande Dessinée, pour voir naître en 2001 son premier album: » Le Coeur de Lion , Fils d’Aliénor  » avec Sophie Balland sur un scénario d’Eriamel (éd Assor BD). De sa rencontre avec le scénariste Daniel Bardet sortira en 2004  » Bossuet l’Aigle de Meaux « (éd Grafouniages),s’en suivra en 2006 l’album  » Les Trésors du Célé « (éd Contrat Rivière Célé), et enfin en septembre 2007 la sortie de « Robinson Crusoé » (édition Adonis) sur un scénario de Christophe Lemoine.Puis « Les Affreux » aux ed 12bis, « histoires d’Albi » et « Toulouse » chez Grand Sud ,sans oublier le tome 3 des Trésors du Célé « Le retour de Serpentine » . 2015 est la date de la sortie de son douzième album « 1944 Louise », sur fond de résistance dans la région du Lot… 2017 sort  « 1944 Les Autres ».

 

William
En 2004, il rencontre le cinéaste Georges Lautner ( Les tontons flingueurs, Joyeuse pâques, mort d’un pourri, la maison assassinée etc… ) par le biais d’Emmanuel Proust (EP éditions). Ils publient deux tomes d’une comédie policière déjantée nommée: Baraka. William Maury a travaillé en tant que coloriste chez EP éditions pour divers albums (Agatha Christie tomes 9 et 13, Bonecreek tome 1 et Amérikkka tome 6). Début 2006, William crée des planches en noir et blanc mettant en scènes ses deux filles, Wendy et Marine. Il est agréablement surpris par l’accueil du projet, qu’il intitule: Un air de famille.  En 2007, il signe chez Bamboo Édition avec la série « Les Sisters », bande dessinée coscénarisée par Christophe Cazenove et inspirée de la vie de ses deux filles, Wendy et Marine. Toujours avec Christophe Cazenove au scénario, il lance sa nouvelle série en 2017: « Tizombi » Petit personnage vorace, mais attachant, qui, à l’instar des sisters, a vu le jour sur un blog en 2009 le tome 2 est sorti début 2018.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *